Photo de montagne

🚨 Attentat, Prison de Condé-Sur-Sarthe. Les écoutes téléphoniques qui avaient averti du passage à l’acte

Michaël Chiolo avait explicitement averti sa femme par téléphone qu’il passerait à l’acte en détaillant le déroulé de son attaque.

LCI a révélé le contenu des écoutes téléphoniques du détenu radicalisé, passé à l’intérieur de la prison. Il s’adressait à sa femme, Hanane Aboulhana.

Les faits se déroulent en septembre 2016, Michaël Chiolo envisage clairement de s’en prendre à un surveillant avec une arme blanche au nom d’Allah.

Il explique alors à sa femme qu’il a récupéré un téléphone portable et qu’il a besoin de 150€ qu’elle devra ramener au parloir. Puis il tient des propos troublants.

“Toute la nuit Sheitan, il était là, il m’a dit : demain matin lorsqu’ils ouvrent la porte, tu leur fais un truc de fou. […] Ici je sors de la cellule avec un couteau, j’en attrape un, je l’emmène dans la cellule, il n’y a personne qui fait ne rien.”

L’agent du renseignement pénitentiaire poursuit : “Il déclare également qu’il n’hésitera pas à foncer dans le tas et qu’il sera sans pitié si on s’attaque à sa religion ou à sa famille.”

suite à cette conversation téléphonique, une fouille de cellule est effectuée. s’ensuit un second appel à sa femme.

“La directrice de la prison me dit : on a écouté vos conversations téléphoniques, vous avez eu l’intention d’égorger un surveillant’. Même si je l’ai dit, je l’ai dit dans un cadre privé”, affirme-t-il. “Ils font ça pour me briser, ils peuvent tout m’enlever, mes affaires, me tuer, ils m’enlèveront jamais la foi. On a toujours surmonté les épreuves ensemble, grâce à l’aide d’Allah”, ajoute-t-il.

Selon plusieurs sources proches de l’enquête contactées par LCI, son épouse est considérée comme celle qui l’aurait fait basculer dans l’acte violent. “Il était radicalisé avant de la rencontrer. Mais c’est semble-t-il elle qui finit de lui monter la tête, c’est son détonateur”, explique l’une d’entre elle. C’est d’ailleurs elle qui attaquera en premier les surveillants pénitentiaires mercredi à l’unité de vie familiale de Condé-sur-Sarthe.

Selon les informations de LCI, après ces écoutes réalisées lorsqu’il était en détention à Besançon, Michaël Chiolo a été placé à l’isolement à Strasbourg, avant de passer six semaines à Réau (Seine-et-Marne) pour évaluation, puis d’être transféré à Condé-sur-Sarthe en mars 2017 en détention ordinaire.

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails