đŸ‡«đŸ‡· Bayonne : un dĂ©tenu agresse deux surveillants pĂ©nitentiaires

Les agressions ont eu lieu le 1er et le 12 novembre, Ă  la maison d’arrĂȘt de Bayonne. Le dĂ©tenu violent va ĂȘtre transfĂ©rĂ© dans un autre Ă©tablissement

Mercredi 1er novembre, au sortir de la promenade, le dĂ©tenu a portĂ© un coup de poing Ă  un premier surveillant. AprĂšs avoir Ă©tĂ© maĂźtrisĂ©, l’individu a Ă©tĂ© hospitalisĂ© sous contrainte pendant deux jours dans un Ă©tablissement psychiatrique de Bayonne, puis rĂ©intĂ©grĂ© dans les murs de la maison d’arrĂȘt de Bayonne, cette fois dans le quartier disciplinaire.

La deuxiĂšme agression a eu lieu dimanche 12 novembre, aprĂšs que l’agent pĂ©nitentiaire – un autre premier surveillant – a ouvert la porte du quartier disciplinaire. Le dĂ©tenu a portĂ© un coup de pied au thorax du fonctionnaire. Ce dernier a eu le pouce cassĂ© lorsqu’il a participĂ© Ă  la maĂźtrise de l’individu, avec d’autres agents pĂ©nitentiaires.

ArrĂȘts de travail

Chacun des fonctionnaires de l’administration pĂ©nitentiaire a subi un arrĂȘt de travail. Trente jours d’interruption temporaire de travail (ITT) ont Ă©tĂ© prononcĂ©s pour le fonctionnaire ayant subi l’agression dimanche 12 novembre.

La Direction rĂ©gionale des services pĂ©nitentiaires de Bordeaux confirme une agression par le mĂȘme dĂ©tenu ”violent’’, le 1er novembre et une autre le 12 novembre. Elle indique que celui-ci va ĂȘtre transfĂ©rĂ© ”dans un Ă©tablissement adaptĂ©”, sans prĂ©ciser.

Codétenu agressé

Lors de son admission Ă  la maison d’arrĂȘt de Bayonne, le dĂ©tenu avait Ă©tĂ© placĂ© dans une cellule de deux personnes, mais suite Ă  l’agression immĂ©diate de son codĂ©tenu, qu’il ne connaissait pas, il avait Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© dans une cellule individuelle.

La maison d’arrĂȘt de Bayonne accueillait 110 dĂ©tenus pour 75 places au 7 novembre 2017. Elle souffre d’une surpopulation chronique.

Ainsi, au 1er septembre 2016, l’effectif gĂ©rĂ© par l’établissement centenaire, surnommĂ© la Villa Chagrin, Ă©tait de 120 personnes, dont 21 en placement sous surveillance Ă©lectronique (bracelet Ă©lectronique), deux en semi-libertĂ© et le restant en dĂ©tention.

La maison d’arrĂȘt de Bayonne accueille Ă  la fois des prĂ©venus (en attente de jugement) et des personnes condamnĂ©es.

Sud-Ouest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires