Syrie : 15 femmes et 32 enfants des camps de prisonniers djihadistes, rapatriés en France

© European Union 2016 - European Parliament

C’est sous la pression des organisations humanitaires que la France à rapatrié ce mardi 15 femmes et 32 enfants détenus dans les camps de prisonniers jihadistes du nord de la Syrie.

“Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et feront l’objet d’un suivi médico-social”, a précisé le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué qui a piloté cette opération. “Les adultes ont été remises aux autorités judiciaires compétentes”, a-t-il ajouté.

C’est donc la troisième opération rapatriement d’ampleur après celle du 5 juillet 2022 et celle d’octobre qui avait permis le retour de 15 femmes et de 40 enfants. Les femmes et enfants rapatriés ce mardi, proches de jihadistes de l’Etat Islamique, se trouvaient dans le camp de Roj sous administration kurde, situé à une quinzaine de kilomètres des frontières irakienne et turque explique le journal La Dépêche.

La France a été particulièrement frappée par des attentats djihadistes, notamment en 2015, fomentés par l’Organisation de l’Etat islamique. Les autorités françaises ont remercié “l’administration locale du nord-est de la Syrie pour sa coopération, qui a rendu possible cette opération”.

Cette opération intervient peu après que le Comité contre la torture de l’ONU a condamné la France pour ne pas avoir rapatrié les ressortissantes françaises des camps de prisonniers du nord-est de la Syrie. Le Comité avait été saisi en 2019 par des familles de ces femmes et enfants, considérant que la France, en ne procédant pas à leur retour, violait les articles 2 et 16 de la Convention contre la torture et les traitements inhumains ou dégradants.

L’État français, dans ses observations transmises au comité onusien et citées dans la décision rendue la semaine dernière, avait motivé sa politique de rapatriement au cas par cas, en soulignant que la Convention n’imposait pas à un pays de protéger ses ressortissants dans un territoire qui n’est pas sous sa juridiction. Le Comité a toutefois estimé que si l’Etat français “n’est pas à l’origine des violations subies” par les femmes et les enfants dans les camps, “il demeure toujours dans l’obligation” de les protéger “contre des violations graves des droits de l’homme en prenant toutes les mesures nécessaires et possibles”.

En 2022 par le Comité des droits de l’enfant puis la Cour européenne des droits de l’homme avaient condamné la France pour son  manque d’action dans le retour de femmes et de mineurs. Ces Françaises s’étaient rendues volontairement dans les territoires contrôlés par les groupes djihadistes en zone irako-syrienne. Elles avaient été capturées au moment de la chute de l’Organisation de l’Etat islamique en 2019. Et leurs enfants sont pour nombre d’entre eux nés dans les camps.

ADHÉRER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Trebor
Trebor
Hors Ligne
24/01/2023 20:11

On peut voir qu une fois de plus macron et les gouvernants français ont baisse la culotte face à des institutions mondiales complètement hors sol qui s imagine être encore dans les années 50.ces familles n ont rien de français, familles de tueurs en série ne respectant que leur religion, ils ont perdu le droit d être français et si elles avaient un peu de logique elles auraient du se tuer pour leur cause et aller dans leur paradis Demander à leurs victimes ce qu’ils en pensent

PETER
PETER
Hors Ligne
24/01/2023 17:59

quelque frais de notre poche pour leur bien etre!nous creusons notre tombe!

alain
alain
Hors Ligne
24/01/2023 17:17

C’est sous la pression des organisations humanitaires” … Elles sont plus forte que 2 millions de Français qui manifestent pour leurs retraites ???

larouille
larouille
Hors Ligne
24/01/2023 13:05

Réouverture de la poubelle “FRANCE”…

Romeme
Romeme
Hors Ligne
24/01/2023 12:22

Ces femmes devraient être déchues de la nationalité française dans un premier temps.

odile
odile
Hors Ligne
Répondre à  Romeme
24/01/2023 16:10

Déchus de la nationalité française ? impossible: droit du sol ou droit du sang. Possible si bi-nationalité (si ce pays en veut). Interdit de faire des apatrides et de séparer les enfants de leur mère, sauf si elle est déchue de son droit parental. La pitié envers la mère et le sentiment d’injustice qui en découle rend les enfants irrécupérables, ils font semblant… mais les racines du mal sont ancrées.

odile
odile
Hors Ligne
24/01/2023 12:18

Bon retour en France les amis ! Nous sommes prévenus, les psychiatres sont formels. Les enfants sont très difficilement récupérables, les plus âgés pas du tout. Ils ont vu des atrocités et y ont participé de force. Ils ont appris à égorger et sont remplis de haine. Profondément endoctrinés, ils savent simuler pour qu’on les laisse tranquilles… La réadaptation à une vie sociale normale est jalonnée de résistance, malgré les moyens et l’argent qui leur est consacré. Ces enfants soldats ne sont plus des enfants, même s’ils ont été maltraités et nécessitent des soins et une éducation. Néanmoins, ils constituent un réel danger à ne pas négliger, même s’ils semblent apaisés. Méfiance !
A titre d’exemple: Un demandeur d’asile afghan de 21 ans, reconnu coupable du meurtre d’un soldat de la Royal Navy, avait déjà tué 2 personnes en Serbie, avant de se faire passer pour un enfant de 14 ans afin d’entrer en Grande-Bretagne. (The Telegraph 23/1/2022).

ADHÉRER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité

Inscrivez-vous et recevez nos emails