Mort d’Yvan Colonna : L’État Français propose 200.000 Euros à la famille contre l’abandon des poursuites judiciaires

Yvan Colonna
Yvan Colonna

Le militant indépendantiste corse, Yvan Colonna est mort après avoir été agressé par un codétenu radicalisé, Franck Elong Abé, dans la prison d’Arles le 2 mars.

L’Etat a proposé environ 200 000 euros d’indemnisation aux membres de la famille d’Yvan Colonna à la suite du meurtre du militant corse en prison. Cette proposition entend mettre un terme aux poursuites engagées contre l’administration, a déclaré mardi 8 novembre l’avocat Patrice Spinosi. 

“En l’état actuel, on a cette proposition sur la table et seule une partie de la famille l’a pour le moment acceptée. Les choses ne sont pas encore clairement déterminées”, a-t-il détaillé, confirmant partiellement une information du Canard enchaîné.

Au nom de la famille d’Yvan Colonna, l’avocat avait déposé, début avril à Marseille, un recours administratif contre l’Etat après la mort de l’indépendantiste, décédé après avoir été agressé par un codétenu radicalisé, Franck Elong Abé, dans la prison d’Arles le 2 mars. 

Yvan Colonna y purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998. Dans cette requête, le montant total du préjudice de la famille d’Yvan Colonna avait été évalué à un million d’euros.

La proposition n’est pas limitée dans le temps. Si elle est acceptée par l’ensemble des huit requérants, parmi lesquels figurent les parents d’Yvan Colonna et ses deux enfants, le dossier sera clos sans passer par une audience devant le tribunal administratif. “Chacun a la liberté de faire ce qu’il veut. On y verra plus clair dans quelques semaines”, a affirmé Patrice Spinosi. 

L’avocat a rappelé par ailleurs que la responsabilité de l’Etat dans cette affaire était acquise selon les termes du code pénitentiaire. D’après une loi de novembre 2009, l’Etat est systématiquement “tenu de réparer le dommage résultant du décès d’une personne détenue causé par des violences commises au sein d’un établissement pénitentiaire par une autre personne détenue”.

Le 28 juillet dernier, Élisabeth Borne avait annoncé “le déclenchement de procédures disciplinaires” contre deux agents de la prison d’Arles.

Vous appréciez nos articles ? Envoyez-nous de la Force en vous abonnant ! Profitez également d’avantages exclusifs ! Sans vous, nous disparaîtrons ! MERCI pour votre aide ! 

S'ABONNER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité
  • 10% de Réduction sur la Boutique
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
peter
peter
Hors Ligne
10/11/2022 11:17

l etat encore une fois baisse son froc pour camoufler son laxisme et son incompetence!!!

leon
leon
Hors Ligne
10/11/2022 08:56

200000pour un assassin il à été assasiné juste retour des choses

Mary
Mary
Hors Ligne
09/11/2022 19:19

Totalement indigne.

ESTEB
ESTEB
Hors Ligne
09/11/2022 19:04

ECOEURANT …

KREATOR
KREATOR
Hors Ligne
09/11/2022 17:35

DE L ARGENT CONTRE LA MORT D UN HOMME ?? VRAIMENT DES FDP .

larouille
larouille
Hors Ligne
09/11/2022 17:14

La pourriture à tous les niveaux ! ! !

S'ABONNER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité
  • 10% de Réduction sur la Boutique

Inscrivez-vous et recevez nos emails

Testez GRATUITEMENT notre Abonnement de SOUTIEN !

Profitez d'avantages exclusifs sur le site