Meurtre de la petite Lola : La suspecte principale mise en examen pour “meurtre de mineur de moins de 15 ans” aggravé et “viol sur mineur avec actes de torture et de barbarie”

Lola Photo facebook de la maman
Lola Photo facebook de la maman

La principale suspecte du meurtre de Lola a été mise en examen ce lundi. Âgée de 24 ans, c’est cette femme que les parents de Lola avaient partagé sur FaceBook.

La femme a été mise en examen par un juge d’instruction parisien pour “meurtre de mineur de moins de 15 ans” aggravé et “viol sur mineur avec actes de torture et de barbarie” puis écrouée.  Dahbia B, une SDF d’origine algérienne faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire depuis 30 jours.

Le corps de la petite Lola a été autopsiée ce week-end, sa mort a ainsi été déterminée. Lola serait morte d’une “défaillance cardio-respiratoire avec manifestation asphyxique et signe de compression cervicale”, selon un communiqué lundi de la procureure de Paris, Mme Laure Beccuau. L’examen a révélé de “multiples autres lésions” mais pas“de lésion traumatique de la sphère sexuelle”. Devant les enquêteurs, la mise en cause a “fluctué (…), oscillant entre reconnaissance et contestation des faits”, d’après le communiqué.

Selon ses déclarations rapportées par Mme Beccuau, la suspecte a notamment déclaré avoir “entraîné la victime jusqu’à l’appartement de sa sœur, vivant dans le même immeuble que l’enfant, elle lui aurait imposé de se doucher avant de commettre sur elle des atteintes à caractère sexuel et d’autres violences ayant entraîné la mort et elle aurait dissimulé le corps dans la caisse”“Un zéro et un 1 étaient inscrits en rouge sous chaque pied de la victime”, selon la procureure de Paris.

Outre la principale suspecte, un homme âgé de 43 ans a également été mis en examen lundi pour “recel de cadavre”, selon la source judiciaire. Suspecté d’avoir hébergé et véhiculé la suspecte et d’avoir aidé à transporter le corps, il a été placé sous contrôle judiciaire, “la détention provisoire n’étant pas possible du fait de la peine encourue”, selon cette source. La détention provisoire est possible pour une infraction punie d’une peine de prison de 3 ans ou plus. Pour le fait de receler ou de cacher le cadavre d’une personne victime d’un homicide, le code pénal prévoit une peine de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Quatre autre personnes placées en garde à vue par la Brigade criminelle ont été libérées sans poursuite à ce stade.

Vous appréciez nos articles ? Envoyez-nous de la Force en vous abonnant ! Profitez également d’avantages exclusifs ! Sans vous, nous disparaîtrons ! MERCI pour votre aide ! 

S'ABONNER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité
  • 10% de Réduction sur la Boutique
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
larouille
larouille
Hors Ligne
18/10/2022 11:05

Et devinez quoi…
Toutes ces ordures sont d’origine algérienne ! ! !
N’affirmez surtout pas que la délinquance est est en rapport direct avec l’immigration…vous serez taxé de raciste…
On va se laisser manipuler encore longtemps ???…

S'ABONNER

Pour nous Soutenir !
2 /mois
  • Soutenir le Site
  • Naviguez sans Publicité
  • 10% de Réduction sur la Boutique

Inscrivez-vous et recevez nos emails

Testez GRATUITEMENT notre Abonnement de SOUTIEN !

Profitez d'avantages exclusifs sur le site