Photo de montagne

🇫🇷« Un surveillant pénitentiaire est armé d’un sifflet et de ses mains pour se défendre. »

Dominique Gombert est premier-surveillant. Il était invité sur Sud-Radio afin d’évoquer l’état des prisons françaises.

Le journaliste, André Bercoff est revenu sur l’attaque terroriste qui s’est déroulée le 5 mars à Condé-Sur-Sarthe.

Un détenu radicalisé aidé de sa femme, avait attaqué deux surveillants avec des couteaux en céramique au niveau des parloirs de la prison.

Comment l’arme a-t-elle pu entrer ? Quelles sont les conditions d’accueil des proches pour ce genre de prisonnier ? Pourquoi on a l’impression que tout peut entrer et sortir d’une prison sans réel contrôle ?

Selon Dominique Gombert, l’administration pénitentiaire est au courant que de nombreux objets interdits passent sous le portique sans le faire sonner. Comme par exemple les couteaux en céramique.

Et lorsque le portique ne sonne pas, le surveillant n’a pas le droit de fouiller le visiteur. Au final, il n’y a aucune fouille systématique des visiteurs.

Depuis le début de l’année, 110 agressions graves ont été recensées sur du personnel pénitentiaire. Un surveillant n’a qu’un sifflet et ses mains pour se défendre.

Des gilets par lames ont été promis depuis plus d’un an mais les surveillants réclament des équipements plus apropriés comme des bombes au poivre pour, au moins, pouvoir se dégager.

N’hésitez pas à commenter nos articles ! Vous pouvez également nous soutenir par un don en cliquant ici ! C’est votre soutien qui nous permettra de continuer à vous informer et à soutenir les Forces de l’Ordre. (sans votre aide, nous disparaîtrons) MERCI !

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails

Faire un SIMPLE Don

Sans votre aide, nous disparaîtrons ! MERCI de nous aidez à vous informer !

Faire un DOn mensuel