Photo de montagne

🔴 Viol en prison : Le codétenu qui accusait de viol Adama Traoré en 2016 à la prison d’Osny a été indemnisé

Au mois de mai 2016, soit deux mois avant la mort d’Adam Traoré, une plainte était déposée contre lui par un homme de 23 ans à l’époque. Les deux hommes étaient détenus ensemble à la prison d’Osny dans le Val-d’Oise.

C’est la mère de la victime qui avait alerté les services de police, ne supportant plus de voir son fils en “extrême souffrance”. Elle s’était présentée au commissariat de Cergy-Pontoise pour déposer une plainte contre Adama Traoré.

Une décision vient d’être rendu dans cette affaire par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI). Cette Commission siège dans chaque tribunal judiciaire, elle  est composée d’au moins deux magistrats professionnels.

Le 28 décembre 2018, le jeune codétenu d’Adama Traoré avait en effet saisi la Civi de Pontoise pour obtenir l’indemnisation de son préjudice, non seulement pour les faits d’agressions sexuelles qu’il dit avoir subis en mai 2016. L’homme aurait raconté aux enquêteurs avoir été contraint, plusieurs fois par jour, de pratiquer des fellations à Adama Traoré, qui le menaçait à l’aide d’une fourchette. la victime présumée aurait remis “une lettre à un surveillant” et évoqué les faits “de façon particulièrement circonstanciée lors d’un entretien avec un chef de détention, ajoutant qu’il avait déconseillé à sa mère de dénoncer les faits par peur de représailles” selon les informations du Point.

La Civi affirme: “Il résulte de ces considérations de fait que la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie. Le retentissement psychologique de ces faits commis sur une personne fragile et vulnérable au sein d’un établissement pénitentiaire justifie l’allocation d’une indemnité de 15 000 euros.

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails