Photo de montagne

🔴 Marseille : Deux policiers terminent en prison après un contrôle qui dégénère

© Kevin Bonkendorf Photographie

Trois policiers ont été condamnés ce mercredi en comparution immédiate à Marseille pour l’arrestation illégale d’un réfugié afghan, abandonné 30 km plus loin dans un terrain vague où il affirme avoir été frappé.

Les policiers, qui intervenaient dans le cadre d’un contrôle du confinement, le 12 avril sur le Vieux-Port de Marseille, soupçonnaient un Afghan de 27 ans, porteur d’un titre de séjour, d’avoir craché sur deux passants qui lui auraient refusé une cigarette. Il avait été projeté contre le véhicule de police après une clé de bras, puis placé à l’intérieur. Comme le relate Le Figaro, selon l’adjointe de sécurité qui a procédé au menottage, le chef de bord,  «s’est énervé à partir de là».

Les fonctionnaires évoquent des doigts d’honneur et des invectives. «La première grosse erreur, c’est qu’on aurait dû laisser tomber et le laisser repartir mais on a décidé qu’il ne fallait pas qu’il reste là», a reconnu l’un des policiers. Derrière une butte, l’homme aurait alors reçu «un coup de poing ou une gifle», selon l’adjointe de sécurité, mais ces violences sont contestées par ses deux collègues.

Les trois policiers se sont excusés auprès de la victime, à l’audience. L’avocat d’un des policiers a évoqué un «quasi-suicide professionnel», appelant le tribunal à «ne pas réduire ce policier à 33 minutes de folie, hors cadre, après 20 ans passés dans les CRS sans aucun incident». Les deux policiers ont été condamnés à quatre ans et 18 mois de prison et ont été incarcérés. La jeune femme, adjoint de sécurité, a écopé d’un an de prison avec sursis.

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails