Photo de montagne

🇫🇷 Prisons Corses : La quasi-totalité des détenus de la région refusent de s’alimenter suite aux mesures de Nicole Belloubet

@actupenit.com

Dans les prisons Corse ,ce n’est pas la raison de l’épidémie elle-même qui pose problème, mais plutôt les mesures d’exception décrétées par la ministre de la Justice. Les détenus dénoncent des abus qui les pénalisent. ils ont alors entamé une grève de la faim.

Voici ce qui pose problème pour eux :

  • Prolongement des détentions provisoires de façon abusive et illégale.
  • Refus de libération des mandats de dépôt arrivant à terme.
  • Refus systématique des demandes de mise en liberté provisoire.
  • Suspension des permissions.
  • Suspension des aménagements de peine.
  • Refus de libération des détenus à risque pathologique Covid-19.

En cause, l’ordonnance du 25 mars qui avait pour objet, selon l’administration pénitentiaire, de tirer les conséquences de la propagation du Covid-19 et de dicter des mesures pour limiter cette propagation. Même dans les rangs des politiques, des voix s’élèvent pour dénoncer cette ordonnance.

Un détenu a contacté le journal France 3, il a expliqué:  “Nous sommes en colère. Tant que Nicole Belloubet ne retira pas son ordonnance, nous n’arrêterons pas notre mouvement. Pour autant, nous n’avons rien contre le directeur de la prison. Il gère bien la situation”. 

Ce midi, selon nos informations, sur les 223 détenus que compte le centre pénitentiaire de Borgo, 202 détenus ont refusé le repas. Concernant la maison d’arrêt d’Ajaccio, sur 49 détenus, 22 ont refusé de s’alimenter.

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails