Photo de montagne

🇫🇷 Prison : Ce que Salah Abdeslam a révélé à ses codétenus sur les attentats du 13 novembre

Salah Abdeslam et Hamza Attou, le 14 novembre (DR)

Incarcéré à Bruxelles après son interpellation, Salah Abdeslam, l’unique survivant des commandos du 13 novembre 2015 a raconté ce qu’il avait réellement fait ce soir-là, sans aucun remords.

Interpellé en mars 2016 suite aux attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 131 morts et plus de 450 blessés, Salah Abdeslam avait été placé dans une cellule de la prison de Bruges. Ses voisins de cellule sont Mehdi Nemmouche, l’auteur de l’attentat du musée juif de Bruxelles (mai 2014) et Mohamed Bakkali, soupçonné d’être lui aussi impliqué dans les attentats du 13 novembre.

Les 3 hommes parviennent ainsi à communiquer ensemble mais sans savoir qu’ils ont été placé sous écoute par les services de renseignements belges. Salah Abdeslam explique ainsi pourquoi il a abandonné sa ceinture d’explosifs dans une poubelle de Montrouge. “j’ai demandé un renseignement à un type, il m’a regardé de la tête aux pieds, avec la sacoche et tout, on dirait que j’avais de grosses fesses, c’était trop voyant” déclare-t-il.

Il raconte également avoir sympathisé avec des jeunes dans un immeuble à Châtillon le soir du 13 novembre en attendant d’être récupéré par des complices pour fuir la France. Ce soir-là, les jeunes étaient en train de fumer des joints, Salah Abdeslam aurait discuté avec eux parce qu’ils avaient les actualités. Il pouvait ainsi “être à jour“.

Le samedi 14 novembre, au petit matin alors qu’il fonce vers la Belgique en voiture avec des complices, il se fait arrêter dans le nord de la France à Cambrai. “Ils étaient avec leurs mitraillettes. Ils avaient entouré la voiture, c’était choquant. J’ai dit ça y est c’est la fin.

Cependant l’identité du terroriste n’est pas encore connu à ce moment-là ce qui lui permettra de repartir vers son objectif. Puis Abdeslam en vient à son arrestation à Bruxelles en mars 2016. Il parle alors de cette lettre qu’il a fait tomber dans la rue.

“Elle est tombée de ma poche, je dois me méfier ou bien ? demande-t-il. Il évoque ensuite son contenu, son allégeance à Daech et son engagement à faire la guerre. La lettre ne sera jamais retrouvée. La voix du Nord

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails