Photo de montagne

🇬🇵 Lourde condamnation pour le détenu qui avait ébouillanté un surveillant

Un détenu originaire du Guyana a écopé de 8 ans d’emprisonnement supplémentaire, vendredi, en procédure de comparution immédiate devant le TGI de Pointe-à-Pitre. Le 17 novembre dernier, il avait jeté, depuis sa cellule, de l’huile bouillante sur un gardien du centre pénitentiaire de Fonds-Sarail, qui justifie d’une ITT de 45 jours. Les syndicats pénitentiaires se disent satisfait de cette décision dans ce qu’il considère comme la pire agression à la prison de Baie-Mahault des 10 dernières années.

Les faits se sont produits le 17 novembre dernier au centre pénitentiaire de Fonds-Sarail. Alors qu’un gardien lui apportait son plateau repas, un détenu, Richard Noble, guyanien de 28 ans, a jeté de l’huile bouillante sur le corps de l’agent pénitentiaire, occasionnant des brûlures au 3e degré au niveau du torse, au bras et aux mains. Le détenu qui ne s’en est pas arrêté là, puisqu’il va arracher la télévision du mur de sa cellule pour la lancer sur le gardien. L’agresseur qui poursuivra sa victime dans le corridor du “bloc nord”, pour le frapper à une reprise avec un pic artisanal au niveau de la poitrine.

La plus grave agression sur un gardien de ces 10 dernières années

La raison de ce déchainement de haine et de violence, semble t-il préméditée ? Des propos tenus par le gardien qui aurait déplu au prévenu, selon le résumé de la Présidente d’audience. Tous les témoignages indiquent que ce surveillant est des plus respectueux. La partie civile, insistant bien évidemment sur le fait que la victime justifiait d’une interruption totale de travail de 45 jours, décrivait cette agression comme « un film d’horreur », par un prisonnier ayant préparé son coup. Ce à quoi le ministère public enfonçait le clou, indiquant qu’il s’agissait de la plus grave agression envers un surveillant pénitentiaire de ces 10 dernières années. Les images de la vidéo-surveillance le confirmant. Des faits, aggravés de trois circonstances, en état de récidive, pour avoir déjà été auteur d’agression en détention, dont celle qui lui avait valu son transfert depuis le centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly en Guyane en 2014. Le Ministère public a requis 14 ans d’emprisonnement. L’avocat de la défense s’interrogeait sur l’état psychiatrique de son client. Argument non-retenu par les trois juges, estimant qu’il était tout à fait accessible à une sanction pénale, puisque condamné à 13 reprises. Richard NOBLE a finalement été condamné à la peine de 8 ans d’emprisonnement supplémentaires.

Une lourde condamnation qui satisfait les syndicats pénitentiaires

RCI

N’hésitez pas à commenter nos articles ! Vous pouvez également nous soutenir par un don en cliquant ici ! C’est votre soutien qui nous permettra de continuer à vous informer et à soutenir les Forces de l’Ordre. (sans votre aide, nous disparaîtrons) MERCI !

⬇️ COMMENTER ⬇️

⬇️ SOUTENIR ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails

Faire un SIMPLE Don

Sans votre aide, nous disparaîtrons ! MERCI de nous aidez à vous informer !

Faire un DOn mensuel