🇫🇷 Radicalisation: Parmi les fonctionnaires, des surveillants pénitentiaires 

Le projet de loi antiterroriste devrait permettre de muter ou radier des fonctionnaires chargés de missions de sécurité qui se seraient radicalisés.

Aujourd’hui, une soixantaine de fonctionnaires radicalisĂ©s sont fichĂ©s au FSPRT, le fichier pour la prĂ©vention de la radicalisation Ă  caractère terroriste. Parmi eux, une quinzaine dans la police et une dizaine dans la gendarmerie, le reste Ă©tant des douaniers, des militaires ou des surveillants pĂ©nitentiaires.

En cas de doute sur l’attitude vestimentaire, le changement de comportement ou de propos tendancieux tenus par un fonctionnaire chargĂ© d’une mission de sĂ©curitĂ©, la hiĂ©rarchie sera ainsi alertĂ©e et une enquĂŞte des services de renseignement sera dĂ©clenchĂ©e. Plusieurs options pourront par la suite ĂŞtre dĂ©cidĂ©es: un changement d’affectation, une mutation voire une radiation. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, deux policiers ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©cartĂ©s.

BFMTV

Commentez nos articles ! Vous voulez nous soutenir ? Nous avons besoin d’aide ! MERCI !

Inscrivez-vous et recevez nos emails