đŸ‡«đŸ‡· ExpĂ©rimentation des rencontres dĂ©tenus-victimes dans les prisons françaises.

Inscrit dans la loi Taubira de 2014, ce programme s’apprĂȘte Ă  voir le jour dans plusieurs Ă©tablissements pĂ©nitentiaires.

En 2009, François Goetz, alors directeur du service pĂ©nitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) des Yvelines, part au QuĂ©bec dĂ©couvrir avec la fĂ©dĂ©ration nationale d’aide aux victimes et de mĂ©diation (Inavem) les rencontres dĂ©tenus-victimes (RDV), une mesure de justice restaurative jusqu’alors inconnue en France.

Trois cessions ont eu lieu en 2010,2014 et 2016 Ă  la maison centrale de Poissy. Seul dix dĂ©tenus et dix victimes ont pu bĂ©nĂ©ficier de ce programme. Un nombre rĂ©duit qui s’explique notamment par la difficultĂ© de trouver des victimes volontaires.

L’Ă©cole nationale de l’administration pĂ©nitentiaire (ENAP) est en cours de rĂ©alisation d’un plan de formation des animateurs de ses rencontres.

Le monde.fr