fbpx
Photo de montagne

🇫🇷Nanterre : Grand Corps Malade projette son film aux détenus

La rencontre a eu lieu presque en catimini, tant l’administration pénitentiaire semble réticente à ce genre d’initiative. À la mi-juin, une cinquantaine de détenus de la prison de Nanterre (Hauts-de-Seine) ont pu assister à la projection du film Patients, sorti sur les écrans en mars dernier et inspiré de la vie de Grand Corps Malade, qui a été un temps tétraplégique après un accident.
Une « intrusion » dans un univers clos rendue possible grâce à deux anciens détenus, Mohamed Amimer et Mouloud Mansouri. Libérés il y a plusieurs années après avoir purgé de longues peines, les deux hommes œuvrent désormais derrière les barreaux pour montrer qu’il existe une vie après la prison.

« Les gars étaient super attentifs, confie Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud. On a senti qu’ils avaient bien pris le film. Après la projection, certains d’entre eux ont exprimé l’idée que, finalement, ils n’étaient pas à plaindre. Ils ont pris du recul par rapport à leur incarcération. »

« L’idée était de montrer qu’il existe des similitudes entre le monde hospitalier et le milieu carcéral, ajoute l’ex-braqueur Mohamed Amimer. On voulait les aider à relativiser leur condition d’enfermement. Beaucoup d’entre eux ont finalement expliqué qu’ils préféraient être incarcérés qu’être handicapés. Nous avons mis en place cette projection, comme beaucoup d’autres initiatives menées en prison depuis plusieurs années, pour montrer qu’on n’oubliait pas ceux qui sont à l’intérieur et qu’on continue à s’investir pour eux. »
« Les détenus sont hyper demandeurs, estime encore Grand Corps Malade, accompagné par l’un des acteurs de son film, Moussa Mansaly, et l’un des producteurs, Jean-Rachid Kallouche. Le simple fait de côtoyer des gens de l’extérieur, ça casse leur routine et c’est déjà ça de pris. »
De son côté, Mohamed Amimer nourrit déjà l’ambition de renouveler l’expérience dans d’autres prisons. « Il faut que l’on puisse continuer à aller vers les détenus pour leur montrer aussi que l’on peut faire des choses bien une fois dehors », conclut-il.
Le point

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️

Inscrivez-vous et recevez nos emails